Dialoguer, sensibiliser et être compris par les habitants et les visiteurs. Pour atteindre ces objectifs, le Parc naturel régional des Ballons des Vosges dispose de différents points d’accueil. Ces lieux vivants et ouverts sont de formidables points de départ pour partir à la découverte du sud du massif des Vosges. Ils proposent une documentation spécifique et différentes expositions temporaires.

Espace Nature Culture

enc
Le hameau de Château-Lambert dans le petit village comtois du Haut-du-Them situé en Haute-Saône accueille depuis l’été 2009, l’Espace Nature Culture réalisé par le Conseil départemental de la Haute-Saône. Ce bâtiment comprend les bureaux de la Maison de la Nature des Vosges Saônoises, de la Réserve Naturelle des Ballons Comtois et du Parc naturel régional des Ballons des Vosges. Ouvert toute l’année et gratuitement, 250 m2 sont destinés à l’accueil des visiteurs.  Une exposition permanente présente les richesses naturelles et culturelles des Vosges Saônoises. Une boutique et un coin lecture pour les enfants complètent la visite.

BQ-MMEVLe label Tourisme et Handicap
Labellisé Tourisme et Handicap en 2013, l’Espace Nature Culture est adapté à l’accueil de personnes handicapées (cognitif, moteur et visuel).


Espace Nature Culture – Haut-du-Them/Château-Lambert

03 84 20 49 84
enc@parc-ballons-vosges.fr

Exposition et animations 2017

« INSTANTS CAPTURÉS  »

Exposition de Louise Midgley et Hélène Landoz
Du 19 mars au 15 mai 2017

Une célébration de la beauté naturelle, de ses paysages et des êtres vivants qui y vivent. C’est à cette célébration que Louise Midgley, céramiste, et Hélène Landoz, photographe, toutes deux habitantes de Fresse dans les Vosges Saônoises nous invitent. Si Hélène capture ici la présence furtive de ses voisins dans leurs paysages les plus chers, Louise immortalise les espèces animales présentes en Europe dont certaines peinent à trouver une place dans un monde dominé par l’activité humaine.

expo instants capturés louise

Louise Midgley Céramiste / Écologiste au Pays de Galles et en Angleterre. C’est en Bretagne que Louise Midgley se lance dans la céramique animalière. Des cours de sculpture en céramique en Allemagne confortent ce choix. Depuis 2014 elle poursuit son travail dans son atelier de Fresse dans les Vosges Saônoises. Ses sculptures lui permettent d’exprimer son amour pour la vie sauvage. Son travail présente principalement des mammifères européens dans leur contexte naturel. L’aventure de la création d’une sculpture animale commence avec l’observation d’un animal dans son milieu naturel et sa représentation picturale. Chaque modèle est une exploration unique des caractéristiques qui définissent l’espèce choisie. Son souhait : capturer un instant dans la vie de l’animal.  Les animaux sont modelés en grès, puis, après une première cuisson, couverts d’émail et cuits à haute température.

expo instants capturés helene

Hélène Landoz, photographe / Hélène Landoz a grandi dans une fermette isolée en pleine campagne Haute-Saônoise, aux côtés de parents artistes à leurs heures : la peinture pour sa mère et la photographie pour son père. Après un parcours professionnel riche en rebondissements, elle décide de se consacrer à ses amours enfouis mais jamais oubliés : l’écriture et la photographie. Mais toujours en lien avec son amour inconditionnel pour la nature qui a bercé son enfance et occupe à plein temps son esprit. Son travail photographique est notamment visible à la galerie d’Art Ô à Evian.


Ateliers avec Louise Midgley – sur inscription
Pour les enfants – gratuit / Mercredi 19 et 26 avril à 10h ou 15h
Pour les adultes – 25 € par personne / Dimanche 9 et 23 avril à 14h30

 

Horaires d'ouverture 2017

Du 15 avril au 30 septembre 

tous les jours de 10h à 13h et de 14h à 18h                                                           

Du 1er octobre au 14 avril  
mercredi, jeudi, vendredi, dimanche de 14h à 17h30                                                 

Fermé en janvier et en décembre

ENTRÉE LIBRE ET GRATUIT

 

< Retour à l’accueil des Maisons du Parc

La Haute Qualité Environnementale dans l'Espace Nature Culture

Château-Lambert est un village au patrimoine architectural et paysager reconnu. Ce bâtiment démonstratif tient compte de cette spécificité et répond aux objectifs architecturaux suivants :
• l’intégration paysagère de l’édifice,
• l’utilisation de matériaux renouvelables,
• l’optimisation des coûts de gestion
• le confort des usagers et des visiteurs.
Ainsi, le bâtiment prend en compte trois domaines de la haute qualité environnementale (HQE) : l’éco-construction, l’éco-gestion et le confort. Au fil de la visite de l’Espace Nature Culture, vous retrouverez sur les panneaux explicatifs les six cibles HQE retenues : 
– La relation du bâtiment avec son environnement
– Le choix des produits et des procédés de construction
– La gestion de l’énergie
– La gestion de l’eau
– Le confort hygrométrique
– Le confort visuel

Architecte : Pierre Guillaume – 70150 Brussey 

Que faire aux alentours ?

Balades et randonnées
mille étangs - esmoulières

  • Le saut de l’ognon. C’est à Château-Lambert, que l’Ognon prend sa source. Les premiers kilomètres prennent l’allure d’un torrent, puis la rivière se gonfle dans la pente, des ruisseaux s’y mélangent et finissent en une cascade bucolique. Le saut de l’Ognon est une magnifique chute d’eau de 14 mètres, la plus réputée du Plateau des Mille étangs. Un sentier thématique avec six panneaux présente les différents aspects de la rivière.  On y accède à pied, le long de la D486 (vers Lure) à l’entrée du village de Servance.
  • Le sentier d’Écromagny. Cette promenade d’environ deux heures invite à découvrir le petit village d’Écromagny situé en plein coeur du Plateau des Mille étangs : tourbière, étang Pellevin, grès vosgien, tuiles vernissées du clocher, vue sur le Ballon de Servance s’offrent au regard curieux du promeneur. Départ à la Mairie. Livret guide en vente à la mairie et à l’Office de Tourisme.
  • Le circuit d’Esmoulières. Il permet de découvrir les paysages modelés par les glaciers, animés par l’eau, parsemés de moulins. Départ au parking situé à l’entrée du village d’Esmoulières. Trois heures de balade facile guidée par 11 panneaux d’interprétation.
  • Le sentier de Melisey. Une boucle d’environ 1 heure dans le bourg de Melisey, vous permet de découvrir cette commune haute-saônoise à travers 9 haltes dont le fil conducteur est l’eau.
  • Le circuit historique de Faucogney. Ce parcours dans la rue principale ainsi que la rue des fossés vous fait découvrir le patrimoine du bourg castral de Faucogney. Retrouvez la tour MXV, l’église St Georges, les maisons de notables et d’artisans, les pierres de l’ancien château… Départ place de la mairie pour une balade d’une heure.
  • La vierge des Neiges. Située au sommet de la « Motte des Deux Croix », on y accède par un petit chemin herbeux depuis le croisement du « trou de l’enfer » à 500m du hameau de Château-Lambert. La statue fut érigée en 1855 par les habitants de Château-Lambert pour remercier la Vierge de les avoir épargnés lors de l’épidémie de choléra de 1854. Une table d’orientation et des panneaux de lecture du paysage permettent de découvrir le superbe panorama sur Château-Lambert et les vallées de l’Ognon et de la Moselle.

Sites à découvrirchâteau Lambert

  • Le hameau de Château-Lambert. Situé à 700 mètres d’altitude, adossé à la montagne, Château-Lambert, site classé, ressemble à un ermitage blotti autour de sa petite église érigée par les Rois d’Espagne en 1616. Seule la crête le sépare des Vosges toutes proches. Il est depuis 1972 rattaché au village du Haut-du-Them. Château-Lambert est l’héritage des sires de Faucogney qui y édifient un nid d’aigles dans l’objectif de contrôler un passage entre la Comté et la Lorraine. Le Castel Humbert, situé à l’emplacement de la Vierge des neiges, donne son nom au village avant d’être rasé au XVIIe siècle durant guerre de 10 ans. Ce pays rude, aux terrains pentus où la terre est pauvre en surface et impropre à la culture révèle un sous-sol riche en filon de cuivre. Au XVIIe siècle, période faste, Château-Lambert compte environ 700 habitants. Le hameau n’en compte plus que vingt aujourd’hui mais attire plusieurs milliers de visiteurs qui se partagent entre la randonnée et la découverte de l’Espace Nature Culture et du Musée départemental de la Montagne.
  • Musée départemental de la montagne. Créé en 1977 par la famille Demard, le Musée départemental de la Montagne est situé à Château-Lambert. Musée en partie situé à l’extérieur, il est une évocation de la société rurale du début du XXè siècle. L’habitat paysan, les activités de la ferme, du moulin, de la forge et de la mine restituent l’ambiance paysanne de cette époque. Les métiers liés à la forêt (bûcheron, leveur d’écorce, charbonnier, schlitteur…) et à l’artisanat du bois (sabotier, pelonnier) tiennent une place prépondérante. Les mines de cuivre revivent par le biais d’objets archéologiques et de maquettes. Une exposition de traîneaux complète la visite.
  • La route des Mille étangs. Au cœur des Vosges Saônoises, entre les vallées de l’Ognon et du Breuchin, le plateau des Mille étangs invite à la  balade. Entre l’eau et la pierre, vous traverserez la forêt ou la lande, et vous admirerez les pâturages et les tourbières, un Paysage façonné par les glaciers et le travail paysan, tout miroitant d’étangs. Cette route de 60 km à parcourir en voiture ou en vélo se compose de 14 haltes : le bloc erratique, le moulin de la mer, l’étang du Boffy, la croix du Montandré, le village de Servance, le plateau des grilloux, Beulotte Saint-Laurent, le point de vue du reposou, la vallée de Saphoz, Faucogney et son circuit historisque, l’étang Pellevin, les calvaires de la lantern, la Mairie-lavoir, le Bourg de Melisey
    La route des Mille Etangs – FR, 24 pages : 3 €
  • La chapelle de Ronchamp. La Colline Notre-Dame du Haut, située à Ronchamp est un lieu d’une haute valeur historique, artistique et spirituelle. Le Corbusier y construit une chapelle en 1955. Jean Prouvé réalise un campanile dans les années 1970. En 2011, c’est le monastère Sainte-Claire de Renzo Piano qui, avec la porterie, vient complèter l’ensemble architectural.
    L’ensemble s’inscrit dans un environnement naturel d’exception. Le panorama se déploie sur les quatre horizons : au nord avec une vue unique sur les ballons des Vosges, à l’est sur la Trouée de Belfort, au sud sur les premiers sommets jurassiens et à l’ouest sur la vallée de la Saône. La colline est un lieu de pèlerinage marial multiséculaire dont les deux plus importants se tiennent le 15 août et le 8 septembre. Depuis 2009 une communauté des sœurs clarisses habite la colline.
  • La scierie Martin. La scierie Martin est le témoignage d’un patrimoine largement répandu dans la Vallée de la Doue de l’Eau au début du XIXe siècle. En 1940, onze scieries s’échelonnaient sur les six kilomètres qui séparent Servance de Miellin. Installée à l’origine à Fresse dans une vallée voisine, elle a été reconstruite sur une berge de la Doue de l’Eau. Laissée à l’abandon des années, elle revit grâce au travail de restauration menée par monsieur Tuaillon et aux animations proposées par la Maison de la Nature des Vosges saônoises. La scierie est accessible depuis Servance et Miellin, quelques centaines de mètres après le hameau de la Grève.
  • Le Ballon de Servance est le toit de la Haute-Saône, il culmine à 1 216 m. Il est le plus méridional des Ballons des Vosges. Il est séparé du Ballon d’Alsace (1 247 m) par le Col du Stalon (958 m). Il domine la Haute-Vallée de l’Ognon. Le massif du Ballon de Servance est très vaste, il comporte 4 lignes de crêtes, dont une qui se dresse en frontière naturelle et historique avec la Lorraine. Le Ballon de Servance matérialise une grande ligne de partage des eaux. Ainsi, sources, rus et torrents dévalant ses flancs Saônois par la Vallée de l’Ognon (côté Servance), ou par celle du Rahin (côté Plancher-les-Mines), s’en vont rejoindre la Saône et le Rhône pour irriguer les rizières de Camargue avant le plongeon dans la « grande bleue ».

 

 

< Retour à l’accueil des Maisons du Parc