Durée : 5 à 6 mois
Période : entre mars et octobre 2022, selon disponibilités
Niveau : Master 2
Lieu : territoire du Parc naturel régional des Ballons des Vosges (bureau à Munster - 68 et/ou Gérardmer - 88, télétravail partiel possible)

Contexte

Le Parc naturel régional des Ballons des Vosges (PNRBV)
Au sud du massif des Vosges, le territoire du Parc se caractérise par des paysages et milieux emblématiques (grande crête des Vosges, hautes chaumes, cirques glaciaires, lacs et tourbières, hêtraies-sapinières, piémont viticole…), mais aussi par la qualité et la diversité des paysages de ses vallées qui témoignent encore d’un riche passé agricole et industriel. Les Parcs, dont les territoires sont à la fois riches en patrimoines et fragiles, s’organisent autour d’un projet qui vise à assurer durablement la préservation, la gestion et le développement harmonieux de leur territoire classé Parc naturel régional par décret ministériel. Ce projet de territoire s’incarne dans une charte qui engage l’ensemble des partenaires signataires pour une durée de 15 ans. La 3ème charte du Parc des Ballons des Vosges a été approuvée en mai 2012. Créé en 1989, le PNRBV est l’un des plus vaste Parc de France avec 201 communes (pour 3 000 km²) réparties sur 2 régions (Grand Est et Bourgogne Franche-Comté) et 4 Départements (Vosges, Haut-Rhin, Territoire de Belfort et Haute-Saône). Avec ses plus de 250 000 habitants, Il est aussi le plus peuplé des 58 Parcs français. Très tôt les élus du comité syndical ont souhaité s’engager dans une politique paysagère volontariste, avec notamment la volonté d’agir en faveur du maintien et de la reconquête de paysages agricoles ouverts.

Les opérations de restauration pastorale, écologique et paysagère
Elles sont mises en œuvre sur le territoire du Parc, et plus largement sur le massif des Vosges, depuis plusieurs décennies, dans le cadre de politiques publiques soutenant des démarches individuelles ou collectives, sur foncier privé ou public, et sur des espaces à reconquérir marqués par un enrésinement ou un enfrichement plus ou moins ancien.
Elles répondent à une problématique majeure, celle de la fermeture des paysages, largement partagée dans les territoires et sur les différents versants du massif par les élus, agriculteurs ou encore habitants, notamment dans le cadre des plans de paysage et Gerplan intercommunaux (retrouver un équilibre raisonnable et durable forêt / prairies).

Ces améliorations pastorales et reconquêtes paysagères permettent la restauration d’espaces ouverts à enjeux contribuant à l’attractivité des territoires, elles offrent une nouvelle ressource locale en herbe précieuse pour les éleveurs de montagne et contribuant à l’authenticité des produits, dans un contexte de déficit fourrager (accentué par les sécheresses estivales et les aléas climatiques, ou encore la pression urbaine et celle du gibier sur les prairies permanentes). Ces opérations visent également à favoriser la richesse biologique des espaces ouverts (ou semi-ouverts) mais aussi l’adaptation des paysages agricoles face au changement climatique (place de l’arbre).

Des réouvertures agricoles et paysagères pour la qualité du cadre de vie, en soutien à l’économie locale, favorables à la biodiversité et évolutives face au dérèglement climatique, mais une dynamique opérationnelle qui s’affaiblit dans un contexte désormais peu favorable (évolution des codes forestiers et de l’environnement, modification des modalités de soutien financier, dispositif complexe, peu lisible et peu cohérent entre les différents départements…).

Par ailleurs un réel déficit de connaissance des réalisations existe (bilans et évaluations partiels et non cohérents sur l’ensemble du territoire). Le Parc souhaite à nouveau contribuer à l’amélioration de la qualité environnementale des projets dans la continuité de son engagement en soutien à ces opérations depuis les années 90, aux côtés de nombreux partenaires.

Enfin l’importance des enjeux, les attentes toujours fortes dans les territoires malgré les difficultés rencontrées par les porteurs de projets, mais aussi la perspective de révision de la charte du Parc ainsi que la nouvelle convention interrégionale du massif des Vosges (et son soutien à ces opérations en cours de définition) poussent pour l’engagement d’un nécessaire travail partagé de bilan / évaluation et de propositions.

Pour en savoir plus :

Objectifs

  • Contribuer à l’amélioration de la qualité environnementale des restaurations pastorales et paysagères menées sur le territoire du Parc (et du massif).
  • Apporter une connaissance cohérente et homogène des réalisations sur l’ensemble du territoire du Parc, contribuer à leur évaluation, identifier des sites représentatifs pour une expertise environnementale.
  • Proposer un cadre opérationnel facilitateur, cohérent et lisible pour les acteurs et porteurs de projets.
  • Mobiliser les partenaires administratifs, techniques et financiers départementaux et régionaux autour de cette dynamique collective sur le massif.
  • Explorer la question des relations au changement climatique (lutte et adaptation), celle de la création de nouveaux paysages et espaces agricoles adaptés, résilients.
  • Contribuer à engager le territoire dans une logique de progrès / d’amélioration continue.

Missions

Sur la base des diverses ressources préexistantes au Parc, chez les partenaires et grâce à un travail de terrain et d’entretiens, ce stage contribuera à :

  • Apporter une connaissance globale, cohérente et spatialisée sur les opérations menées dans les 4 départements du territoire du Parc (fiche type descriptive, base de données : surfaces, localisation, visuels, caractéristiques, indicateurs, éléments d’évaluation…), capitaliser les expériences remarquables, proposer une synthèse et un bilan évaluatif mettant en avant les forces, faiblesses, menaces et opportunités.
  • Identifier 10 sites représentatifs de la diversité géographique et des enjeux agricoles, écologiques, paysagers et climatiques liés à ces opérations pour permettre de mener une expertise environnementale ultérieure par un prestataire spécialisé en écologie.
  • Faire des propositions stratégiques et concrètes (outils) contribuant à améliorer la qualité environnementale des projets de restauration pastorale et paysagère, faciliter leur mise en œuvre par les porteurs de projets et intégrer les enjeux liés au dérèglement climatique.

Ces propositions pourront s’articuler autour des perspectives suivantes qui feront l’objet d’une priorisation collective (équipe projet interne, comité technique, attentes et aptitudes du stagiaire) :

  • Actualiser et enrichir le dossier technique agroécologique existant (2015) dédié au montage et à la présentation de ces projets : mieux valoriser la qualité environnementale, liens à la nouvelle typologie agroécologique des prairies permanentes du massif des Vosges (état initial constaté, état final recherché) et au guide technique consacré à la restauration prairiale, prise en compte des nouvelles semences sauvages marquées Végétal Local (massif des Vosges), identification et mise à jour des contacts et intervenants régionaux et départementaux, des financements et leurs modalités, et des procédures à suivre.
  • Élaborer un schéma de procédure apportant une compréhension et une lisibilité suffisante des étapes et acteurs techniques, administratifs, réglementaires et financiers dans chaque département.
  • Proposer un dispositif de suivi quantitatif et qualitatif interne pour les nouvelles opérations, proposer des indicateurs et données utiles à l’évaluation de la charte du Parc.
  • Initier une prospective relative à la mise en œuvre de démarches d’évaluations environnementales intercommunales (surfaces cumulées conséquentes de restaurations pastorales et paysagères programmées dans le temps et dans l’espace, par exemple dans le cadre d’un plan de paysage).
  • Formaliser et actualiser des informations et ressources à partager sur le massif, utiles à la bonne mise en œuvre des opérations agricoles et paysagères sur le terrain (prestataires travaux pastoraux, compétences et savoir-faire, coûts constatés par postes, références, itinéraires et ressources techniques utiles…).

Profil

  • Formation niveau Master 2, profil pluridisciplinaire apprécié.
  • Domaines souhaités : agronomie, écologie, paysage, aménagement des territoires ruraux, gestion des espaces de montagne, développement local, espaces naturels et biodiversité, SIG / géomatique.
  • Compétences en agronomie, écologie et paysage
  • Connaissance des acteurs de l’aménagement des espaces ruraux et du dév. local
  • Sensibilité pour l’agriculture de montagne (élevage), connaissance du monde agricole
  • Connaissance de la biodiversité des milieux ouverts et semi-ouverts
  • Connaissance du logiciel QGIS
  • Aptitude pour le terrain en moyenne montagne
  • Rigueur, capacité d’organisation et de synthèse
  • Relative autonomie, curiosité et motivation
  • Aptitudes à la transversalité, au travail collectif et auprès de partenaires variés (agriculteurs, collectivités, services de l’Etat, chambres d’agriculture…)

Organisation et conditions

Référent et coordination au Parc, responsable de la mission :
Frédéric Schaller, chargé de mission paysage, pôle urbanisme & aménagement. A noter qu’un appui permanent et soutenu du chargé de mission sera apporté à ce stage.

Gouvernance et pilotage du stage :

  • Équipe projet interne pluridisciplinaire en charge de l’accompagnement régulier de la mission : chargé(e)s de mission de l’équipe technique du Parc issus des pôles urbanisme & aménagement, nature & biodiversité et développement économique.
  • Comité technique (CoTech) permettant d’associer les partenaires dès l’amont et partager en continu la mission et les travaux menés : communautés de communes et d’agglomération (dont inter-parcs), commissariat à l’aménagement du massif des Vosges, conseils départementaux, chambres d’agriculture, DREAL, DDT…

Conditions :

  • Stage long exploratoire de 5 à 6 mois, entre Mars et Octobre 2022, selon disponibilités
  • Temps de travail hebdomadaire : 35h, temps plein, 2 jours de congés par mois
  • Gratification mensuelle : entre 550 et 600 € (15% du plafond horaire de la SS, selon présence effective mensuelle)
  • Bureau à Munster (68, siège du Parc) et/ou Gérardmer (Antenne 88), télétravail partiel possible, ordinateur personnel nécessaire (mais poste SIG partagé mis à disposition pour les besoins de la mission)
  • Aide à la recherche d’un logement si nécessaire (contacts)
  • Déplacements possibles sur l’ensemble du territoire du Parc
  • Véhicule de service pour les déplacements professionnels, mais nécessité de disposer d’un véhicule personnel en cas d’indisponibilité, permis B
  • Avantages sociaux : carnets de chèques déjeuner, prise en charge partielle des abonnements de train
  • Frais de déplacement pris en charge par le Parc (voiture personnelle, repas)

Postuler

Candidature (lettre de motivation et CV) à adresser par courriel à Frédéric SCHALLER au plus tard pour le 31 janvier 2022.

Les candidats présélectionnés seront contactés par téléphone et/ou visio pour un entretien début février, choix du candidat réalisé avant le 12 février.

Frédéric SCHALLER, chargé de mission Paysage
f.schaller@parc-ballons-vosges.fr

Contacts et renseignements complémentaires :

Frédéric SCHALLER
Chargé de mission Paysage
f.schaller@parc-ballons-vosges.fr
07 85 55 75 57

Parc naturel régional des Ballons des Vosges
Maison du Parc – 1 rue du Couvent – 68140 MUNSTER
03 89 77 90 20


Ou remplissez le formulaire suivant :


  • Types de fichiers acceptés : doc, docx, pdf.
  • Types de fichiers acceptés : doc, docx, pdf.
  • Fichiers : PDF ou DOC, max 2 Mo
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.